Fizimed, startup incubée chez SEMIA : première entreprise étrangère acceptée dans l’accélérateur allemand MedTech Life Science Accelerator Baden-Württemberg

2019 sera l’année de l’internationalisation pour la pépite strasbourgeoise Fizimed. Ce projet, incubé chez SEMIA, accéléré par Grand e-nov, soutenu par la Région Grand Est et la Team France Export, a conçu et commercialise un dispositif connecté pour la rééducation du périnée. C’est la première startup étrangère acceptée au sein du Life Science Accelerator de la région du Baden-Württemberg et qui bénéficiera d’un accompagnement idéal pour se lancer sur le marché allemand. Pour se voir ouvrir les portes de l’accélérateur, Fizimed a pu compter sur l’appui de SEMIA qui joue son rôle de tiers de confiance envers l’écosystème de l’innovation au-delà des frontières de l’Hexagone.

Relever les défis d’une startup face à l’internationalisation

 

« Le marché allemand était dans notre viseur pour notre internationalisation en 2019 mais la première étape c’est de le comprendre. Cette entrée au Life Science Accelerator BW va nous permettre de comprendre les clés d’un développement réussi en Allemagne, renforcer notre réseau pour déployer notre activité, déterminer les circuits de distributions, identifier nos influenceurs. » s’enthousiasme Emeline Hahn, co-fondatrice et CEO de Fizimed . 

 

Si la stratégie de la startup en 2018 a été consacrée à son premier tour de table bouclé à 600 000€ puis au lancement commercial réussi de sa sonde connectée EMY, 2019 doit lui permettre de franchir les frontières pour s’attaquer aux marchés étrangers. Être accepté au sein d’un accélérateur allemand spécialisé en innovation dans le domaine de la santé ouvre au projet incubé chez SEMIA la voie royale vers le marché voisin, en lui donnant les clés pour en comprendre le fonctionnement, les acteurs, les spécificités règlementaires. Au cours de 5 heures de workshop intensifs tous les vendredis, l’équipe d’Emeline devra acquérir les éléments pragmatiques pour déployer sa stratégie « go to market » outre-Rhin. Des thématiques spécifiques aux problématiques healthcare sont abordées comme le remboursement des dispositifs médicaux, le fonctionnement des assurances et les mutuelles, les normes, les certifications. 

 

L’interculturalité : un aspect trop souvent relégué au second plan 

Appréhender les circuits de distribution dans un pays est nécessaire avant de s’y aventurer. Néanmoins, l’aspect culturel d’un marché ne doit pas être négligé et c’est souvent une clé qui n’est pas donnée aux startups qui souhaitent s’exporter. Fizimed est particulièrement concernée par des freins culturels de par son produit. Il est toujours difficile, même en 2019, de parler de la tonicité musculaire du périnée et de tous ses conséquences sur la vie quotidienne : fuites urinaires, descentes d’organes, sexualité. Les Français sont frileux quand il s’agit de ces sujets intimes, comment présumer de l’accueil d’un public étranger sans se laisser convaincre par des clichés ? Les Allemands sont-ils, comme le présente l’image d’Epinal, moins complexés, plus à l’aise avec leurs corps, plus prompts à aborder des sujets intimes ? Un salon à Stuttgart et quelques ateliers au Life Science Accelerator plus tard, Emeline Hahn constate : 

« L’accueil réservé à EMY est très positif. Le sujet est très sensible ici aussi, la différence culturelle principale concerne le prix : en France, le prix de la sonde est un frein, en Allemagne beaucoup moins. Les clients sont en recherche de qualité, ils sont prêts à dépenser plus pour être certains d’obtenir des résultats et un produit fiable. »

SEMIA : incubateur d’excellence du Grand Est, tiers de confiance 

Une autre startup s’est cassé le nez sur la porte fermée d’un autre incubateur allemand en faisant cavalier solitaire. C’est l’accompagnement et l’intermédiation de SEMIA qui ont permis d’inaugurer une collaboration entre les deux structures par le biais de l’entrée en accélération de Fizimed.
En effet, si l’ouverture aux entreprises étrangères est un souhait du land Baden-Württemberg qui finance le Life Science Accelerator via son programme Startup BW (#startupBW), le « tampon » SEMIA sur le dossier de candidature de Fizimed a été l’élément qui a fait pencher la balance en sa faveur. La recherche d’excellence dans les projets détectés, l’exigence de l’accompagnement des startups, la qualité des experts qui suivent le développement des entreprises innovantes incubées sont reconnus outre-Rhin comme autant de gages de garantie de bons résultats. 

SEMIA a tissé la toile de son réseau en Allemagne petit à petit, en approchant différents accélérateurs thématiques dans la région rhénane : celui de Mannheim est généraliste avec un pôle de compétitivité healthcare partagé entre les villes de Mannheim-Tübingen-Heidelberg. Un partenariat avec le CyberForum de Karlsruhe a également été ébauché, qui a d’ores et déjà permis à deux startups incubées chez SEMIA de participer à leur PreLab dont une qui sera incubée au CyberLab à partir d’avril 2019. 

 

Ces premiers éléments de rapprochement des structures accompagnant l’innovation donnent-elles à imaginer une politique « startups » transnationale ? C’est avant tout la preuve manifeste que les politiques publiques de dynamisation économique des territoires s’envisagent déjà au-delà des frontières.  

 

Pour télécharger le communiqué de presse en version PDF : c’est par ici 20190226_CP_SEMIA x FIZIMED_life science accelerator BW