Fizimed

FIZIMED : le succès d’un produit inspiré du terrain.

santé

Commencer avec l’idée d’une prothèse de genou et terminer avec la première sonde connectée pour la rééducation du périnée à domicile … Un parcours qui pourrait sembler surprenant s’il n’avait pas été fléché par le meilleur guide qui soit : le besoin du client final. De la cliente en grande majorité dans le cas précis d’Emy, premier produit de FIZIMED, startup créée en 2017 incubée chez SEMIA de 2017 à 2018 puis accélérée en 2019 par Grand e-nov en France et par MedTech Life Science Accelerator Baden-Württemberg en Allemagne. Quelles ont été les étapes clés qui ont permis au projet de pivoter pour trouver son marché final et s’y imposer ? Quel a été le rôle de l’incubateur dans le développement de la startup comme de ses équipes ? Quels ont été les freins à lever pour cette entreprise innovante qui place sur le devant de la scène un sujet encore tabou ?

Hacking Health Camp Strasbourg puis concours de l’Etudiant Entrepreneur innovant SEMIA : premières étapes pour l’équipe récompensée pour son projet et l’étude de son marché

Au départ était le genou, articulation traumatisée dans de nombreux sports. Puis est venu le temps de soumettre l’idée d’une prothèse de genou aux kinésithérapeutes pour valider le business model de la future startup. Et là, surprise. L’accueil réservé au projet est positif mais les professionnels de santé mettent à jour un manque criant dans le domaine de la rééducation : aucun dispositif dédié à la rééducation et à l’entretien du périnée féminin à domicile. Dès lors, deux options se présentent aux co-fondateurs Emeline Hahn, Julien Guay, Allan Mabilais et Paul Grandemange. Soit continuer sur leur lancée de prothèse du genou, marché rentable néanmoins compliqué à attaquer pour un nouveau venu. Soit pivoter entièrement, se consacrer à une innovation complète mais qui nécessite de s’attaquer au tabou des conséquences d’un muscle du périnée qui manque de tonus. Désireux de s’engager pour le bien-être des femmes, ils décident de concert de se consacrer au second choix : créer, concevoir et mettre sur le marché un dispositif médical qui permet aux femmes, grandes sportives, jeunes mamans, moins jeunes mamans, de retrouver une qualité de vie optimale. Pour tester leur idée et rassembler des forces vives, Emeline et Julien participent au Hacking Health Camp 2016 ( hhttp://hackinghealth.camp/hacking-health-camp-2016/ ) de Strasbourg, l’un des événement majeurs de l’innovation dans le monde de la santé à l’échelle européenne. Bien leur en a pris puisqu’ils en sortent lauréats du Prix BPI France qui récompense la meilleure solution pour l’éducation en santé.

Quelques semaines plus tard, nouvelle preuve de reconnaissance et d’intérêt avec le prix de l’Etudiant Entrepreneur innovant SEMIA x Société Générale ( http://www.concours-semia.com/ ). La startup entre en incubation en 2017, la société est créée et se trouve un nom, FIZIMED, et le produit garde le sien, Emy ( https://www.fizimed.com/ ).

Crowdfunding : le moment clé pour assoir la crédibilité de la startup en incubation

Voilà donc une toute jeune société, accompagnée par un incubateur dans le Grand Est, qui ambitionne de se développer sur un marché potentiellement mondial et paradoxalement inexploré. L’innovation proposée par Fizimed avec Emy concerne à la fois la technologie (du hardware à usage médical connecté à un smartphone, sensible à la contraction du muscle sur toute sa surface) et surtout l’usage qu’il en sera fait. La rupture de l’innovation se concentre sur cet usage qui apporte une solution à un enjeu de santé publique jusqu’ici dédaigné. La nouveauté du concept a permis d’attirer l’attention des investisseurs. Mais le revers de la médaille réside dans le brouillard qui entoure le sujet des fuites urinaires féminines ; reste à convaincre que ce frein peut être levé.

Octobre 2017 : rien ne ralentit l’équipe qui se lance dans une campagne de prévente de la sonde en crowdfunding. Pourquoi ce choix pour une startup constituée il y a à peine quelques mois ?

Notre objectif était double. Dans un premier temps, nous voulions tester notre marché BtoC en direct : les femmes étaient-elles prêtes à acheter Emy, à parler autour d’elle de notre produit ? Le sujet allait-il créer un mouvement positif dans l’écosystème, dans les médias, dans la société civile ? Dans un second temps, les préventes nous permettaient pragmatiquement de ne pas avancer les fonds nécessaires à la mise au point des prototypes et à la production des premières séries de sonde. détaille Emeline Hahn.

Mission accomplie : la campagne de prévente est un succès. La couverture médiatique et l’engouement sur les réseaux sociaux renforce la certitude de l’équipe sur le bienfondé de sa démarche et de sa stratégie marketing. L’intérêt du marché pour le produit est validé, ce qui constituera un élément décisif de réassurance pour les investisseurs qui participent à la première levée de fonds. Un premier tour de table bouclé à 600 000€ en avril 2018, un an à peine après le début de l’incubation chez SEMIA.

L’incubation : coaching, mise en relation, soutien, challenge… entre autres !

Ne soyons pas timides et osons le réalisme, beaucoup de startups cherchaient à entrer en incubation pour faire la chasse à la bourse. Le statut « incubateur d’excellence » a clarifié les choses depuis. Néanmoins, il serait inexact de limiter le rôle de l’incubateur à celui d’un sauf-conduit pour l’obtention des subsides publics.

En effet, dès la création de la société Fizimed, les outils concrets apportés par l’équipe d’accompagnement a permis de bâtir des fondations claires. Par exemple, Emeline sourit encore lorsqu’elle évoque un tableau à remplir pour guider la réflexion autour du nombre de parts de la société à répartir entre les associés… L’expérience de SEMIA relative aux démarches officielles permet d’orienter les nouveaux entrepreneurs dans la jungle administrative. C’est peut-être un détail pour vous, mais pour eux ça veut dire beaucoup !

Guillaume Vetter-Genoud, en charge de l’accompagnement au quotidien de Fizimed, a été un soutien, un coach, un empêcheur de tourner en rond. Il a accompagné les équipes au plus haut niveau avec l’attribution du Prix I-Lab en juin 2018, le prix national le plus prestigieux pour les entreprises innovantes deeptech. Une des missions de l’incubateur est tournée vers la génération rapide de chiffre d’affaires par la startup : dans ce contexte, la mise en relation entre Fizimed et les Laboratoires Pierre Fabre, facilitée par SEMIA, lui a ouvert les portes d’un marché BtoB.

D’autre part, avoir été choisi par SEMIA parmi les quelques 300 demandes d’accompagnement par an représente un élément de crédibilité aux yeux des investisseurs et des éventuels partenaires privés et publics. C’est ainsi grâce à la position de tiers de confiance de l’incubateur que Fizimed a pu être la première entreprise innovante étrangère accélérée dans le land du Band-Württemberg.

… entre ce qu’on maîtrise et ce qu’on ne maîtrise pas : pourquoi ça marche ?

Parce que parfois la chance est du côté des aventuriers : et si les bonnes personnes s’étaient réunies au bon endroit au bon moment pour créer Fizimed ?

Au nombre des paramètres extérieurs qui peuvent donner un coup de pouce au destin, l’équipe reconnaît que l’engouement pour les objets connectés et la pédagogie et la sensibilisation autour de la santé de la femme ont joué en leur faveur. Aussi, la libération de la parole des femmes à propos du remboursement des protections périodiques, une autre thématique taboue, a préparé la société à la pédagogie portée par Fizimed au sujet des fuites urinaires.

Par ailleurs, l’écosystème strasbourgeois est le creuset idéal pour faire phosphorer l’innovation : collaboration claire entre les acteurs, pouvoirs publics engagés à l’échelle locale et régionale, communauté innovante solidaire, proximité géographique de l’Allemagne et de la Suisse… font que les investisseurs ne sont pas frileux envers la Capitale Européenne.

N’oublions pas ce qui fait la principale force d’une startup, à savoir son équipe. Au premier rang, les quatre créateurs qui sont complémentaires, avec chacun un rôle bien défini, dans le respect et la curiosité des compétences des autres. Ensuite les collaborateurs qui sont venus au fur et à mesure rejoindre l’aventure, choisis pour partager les mêmes valeurs. Ce qui rassemble tout le monde : la volonté de s’investir au service des femmes, d’écouter leurs besoins, de se remettre en question.

L’aventure entrepreneuriale vue par Fizimed en 4 étapes :

  1. Trouver le produit qui répond à une réelle problématique
  2. Validation du marché et de la proposition de valeur
  3. Développement commercial
  4. Scale up
FIZIMED
À découvrir également

Les start-up
de Semia

Découvrir les autres projets